3 questions à… Anne Leblanc, chargée de recherche PhD – Laboratoire PiLeJe


On dit souvent que l’ostéoporose est une maladie de l’enfance à déclaration tardive, comment faire pour assurer à ses enfants un capital osseux solide ?

Effectivement l’ostéoporose est une pathologie dont la prévention commence dès l’enfance puisque la croissance osseuse s’achève vers les 20 ans. Pendant cette période, plus le capital osseux acquis est élevé plus le risque de fracture au cours du vieillissement sera réduit. La prévention de l’ostéoporose passe donc par l’optimisation de l’acquisition du capital osseux au cours de la croissance notamment par des apports nutritionnels adaptés et la pratique d’une activité physique régulière.

Si le rôle du calcium, de la vitamine D et d’un apport protéique adéquat est bien connu pour l’optimisation nutritionnelle de la croissance osseuse, d’autres nutriments et micronutriments ne sont pas à négliger. C’est le cas notamment des fibres alimentaires (en particulier les fibres non digestibles, fermentescibles et/ou fibres) qui contribuent à augmenter l’absorption intestinale du calcium (seulement 30% du calcium ingéré est absorbé) ou encore des polyphénols qui limitent les effets néfastes des agressions extérieures sur les cellules osseuses.

Les enquêtes alimentaires menées au sein de la population française soulignent que la consommation de fibres alimentaires ou de fruits et légumes reste insuffisante pour toutes les tranches d’âge. Par ailleurs, une attention particulière devrait être portée aux adolescents (surtout les filles de 10 à 19 ans) dont les besoins nutritionnels en calcium ne sont que rarement couverts.

Le déséquilibre acido-basique joue-t-il un rôle sur la survenue de l’ostéoporose ? Qu’en est-il également des apports en sel ?

Concernant le déséquilibre acido-basique, il s’agit d’une question complexe dont la réponse ne fait pas encore l’unanimité dans la littérature scientifique. Ce qu’il est possible de dire c’est que le pH sanguin est une constante vitale tant est si bien que, si l’alimentation génère trop ou pas assez d’acidité, l’organisme met en œuvre des systèmes de régulation permettant de maintenir ce pH constant. Ces systèmes sont en premier lieu les fonctions respiratoires et les reins dont l’activité va s’adapter aux variations de pH. Il semblerait que l’os puisse également être mis à contribution pour libérer des substances dont il est un des principaux réservoirs de l’organisme et qui permettent de neutraliser l’acidité circulante (notamment les ions calcium). Cette mobilisation de l’os se traduirait par une perte de calcium osseux et d’une activation des ostéoclastes (cellules très sensibles à la variation de pH) responsables de la dégradation osseuse.

Concernant la consommation excessive de sel, les études montrent clairement une relation entre consommation de sel et pertes urinaires de calcium, ces pertes se faisant là-aussi au détriment du calcium osseux.

Quelles sont les pistes récentes de la recherche pour limiter la fragilité osseuse ?

La recherche contre l’ostéoporose est très active et vise à mieux comprendre les mécanismes afin de développer de nouvelles cibles thérapeutiques. Une attention particulière est portée à l’ostéoporose masculine jusqu’alors négligée et peu étudiée. De nombreux mécanismes physiopathologiques se révèlent être impliqués dans la fragilité osseuse tels que l’inflammation ou le stress oxydant. Les interactions entre microbiote intestinal et physiologie osseuse représentent également une piste de recherche prometteuse. La découverte la plus inattendue est peut être celle de la production de sérotonine par les cellules osseuses ouvrant la porte à une nouvelle cible thérapeutique potentielle…

 

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook