3 questions à Isabelle Guinobert, Chargée de Recherche (PiLeJe)


Quand faut-il consulter ?

Les différents signes d’inconfort digestif que nous venons d’évoquer sont le plus souvent bénins et résultent d’un excès alimentaire. Ils se produisent donc de manière occasionnelle. Toutefois, si les symptômes persistent et deviennent chroniques, malgré une alimentation variée et équilibrée, il est important de consulter son médecin référent. En effet, si ces symptômes répondent à des critères de répétition définis dans le temps, ils peuvent alors traduire un véritable trouble digestif fonctionnel, (comme le syndrome de l’intestin irritable ou le syndrome dyspepsique) qui nécessite une prise en charge spécifique.

Pourquoi certains aliments sont plus difficiles à digérer que d’autres ?

Selon les individus, certains aliments semblent plus difficiles à digérer que d’autres, citons par exemple le chocolat, la banane, le concombre, les œufs, le lait, l’ail, l’oignon…. Comme nous l’avons vu, on peut mettre en cause un excès de lipides ou de protéines qui favorisent la persistance de l’aliment dans l’estomac, ou bien encore la présence de fibres qui fermentent plus ou moins dans le tube digestif. Cette fermentation différente souligne des variations dans la composition de la flore intestinale des individus.

Le cas du lait est un peu particulier. En effet, certains individus développent des symptômes très gênants comme des ballonnements, diarrhées, douleurs abdominales. Ceci s’explique par le fait que l’enzyme qui dégrade le lactose contenu dans le lait, est absente ou en quantité insuffisante.

Un moyen d’améliorer la digestion du lactose est de consommer des laits fermentés apportant des souches microbiotiques capables de fournir cette enzyme.

Enfin, d’autres sont indigestes car nous les consommons en trop grande quantité, comme le chocolat qui est souvent mis en cause lors de « la crise de foie », une expression typiquement française qui traduit en fait une indigestion dans laquelle le foie n’est pas impliqué.

Quel est l’impact du stress, des émotions sur la digestion ?

Bien que le système digestif soit assez autonome dans son fonctionnement, le système nerveux est capable de moduler son activité. Ainsi, on a pu montrer que le stress aigu provoque chez des volontaires sains une diminution de l’activité d’une partie de l’estomac, un ralentissement de l’évacuation gastrique et accélère le transit au niveau du côlon.

Les émotions ont également une influence sur la motilité de l’estomac. Les effets observés sont différents d’un individu à l’autre et sont parfois imprévisibles. Cependant, la peur, la tristesse tendent à réduire ces contractions alors que la colère et l’agressivité les augmentent.

La gestion des émotions et du stress peut donc contribuer à soulager certains troubles digestifs.

 

Novembre 2012

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook