3 questions à… Isabelle Guinobert, chef de projet Recherches


 

1. Est-ce que la microflore contribue à la détoxication ? 

Oui, la microflore participe au processus de détoxication. Par exemple, elle est impliquée dans l’élimination du cholestérol et des stéroïdes (famille de molécules dont la structure de base comporte un stérol, comme par exemple les hormones stéroïdiennes (cortisol, œstrogènes…)). Les métabolites du cholestérol sont d’ailleurs retrouvés dans les selles.
Plus récemment, un ensemble de recherches a mis en avant les capacités des bactéries de la microflore à métaboliser des xénobiotiques, plus précisément des médicaments, bien que le foie reste l’organe avec la plus grande capacité de détoxication. Pour les médicaments qui n’ont pas pour effet de s’attaquer aux bactéries, la microflore a répondu en activant l’expression d’un ensemble de gènes impliqués dans leur métabolisation ; ces médicaments n’ayant pas eu d’autres impacts majeurs sur la physiologie et la diversité du microbiote intestinal.

2. Pourquoi faut-il éviter de consommer du pamplemousse en même temps que certains médicaments ?

Le jus de pamplemousse contient des substances (fucocoumarines) qui sont capables d’inhiber l’activité d’une enzyme impliquée dans la première phase de métabolisation de nombreux médicaments (CYP3A4 intestinale). Cette inhibition va in fine augmenter la durée et la quantité de médicament présent dans l’organisme, autrement dit, le jus de pamplemousse ralentit l’élimination de certains médicaments. Cette présence prolongée peut se traduire par des effets de type surdosage et des effets indésirables plus ou moins graves (toxicité rénale, dégradation des cellules musculaires).
C’est un peu la même raison qui conduit à recommander de ne pas consommer certains médicaments et de l’alcool (en prise chronique), à la différence que l’alcool active certaines des enzymes de la première phase de métabolisation ce qui se traduit par une moindre efficacité du médicament ou une toxicité.

3. Est-il possible de limiter son exposition aux xénobiotiques ?

Les polluants chimiques sont partout : dans l’air que nous respirons dehors, dans nos maisons, et même jusque dans nos assiettes. En effet, depuis la révolution industrielle, notre environnement s’est considérablement enrichi en molécules. Les estimations indiquent que 100 000 nouvelles molécules ont été générées et pour la plupart notre corps n’y avait jamais été exposé.
Connaitre les sources de polluants est une première étape pour en limiter l’exposition, dans la mesure du possible : 
  • à l’extérieur, privilégiez la marche à pieds en empruntant les rues les moins encombrées, ou le vélo, en empruntant les aménagements qui permettent de s’éloigner du trafic. 
  • au travail ou dans notre logement, où nous passons près de 80% de notre temps, pour améliorer la qualité de l’air, aérez la pièce au moins 10 minutes par jour, tous les jours. Identifiez les sources de pollution intérieure (tabac, monoxyde de carbone, produits d’entretien et de bricolage, mobilier…) et veillez à prendre des précautions telles que l’entretien des systèmes de chauffage pour éviter la pollution au monoxyde de carbone. Utilisez des produits chimiques dans un endroit suffisamment ventilé voire à l’extérieur et portez des protections adaptées, achetez des produits contenant le moins de polluants possible (norme NF environnement ou Ecolabel Européen).
  • enfin dans notre assiette, évitez de surconsommer un aliment ou groupe d’aliments contenant une même substance ; lisez les étiquettes des produits manufacturés et écartez ceux qui contiennent des additifs inutiles (sauf conservateurs et antioxydants) ou des additifs et des OGM pour lesquels l’innocuité reste encore discutée ; mangez préférentiellement des fruits et légumes issus de l’agriculture biologique ; décryptez les emballages plastiques et évitez ceux marqués par les chiffres 3, 6 et 7 au centre du triangle.

 

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook