Comment réagit notre organisme face aux polluants aériens ?


Les poumons, première ligne de défense1

Les poumons étant directement au contact de l’air, ils constituent la voie d’entrée privilégiée des polluants. Deux facteurs favorisent l’absorption rapide et intense des polluants inhalés :

  • la grande surface des alvéoles pulmonaires (entre 80 et 120 m2 soit l’équivalent d’un terrain de tennis) augmente la quantité de polluants pouvant pénétrer dans l’organisme

  • les poumons sont fortement irrigués et les échanges polluants entre l’air et le sang sont donc facilités

Schématiquement, quels sont les moyens physiques utilisés par notre organisme pour se défendre et éliminer les polluants ?

 

Par l’action de cellules spécifiques et de mucus situés au niveau de la trachée-artère et des bronches, les particules superficielles peuvent être rejetées soit1,2 :

  • par les voies respiratoires via l’expectoration (toux, système de défense le plus rapide et le plus efficace), les éternuements ou le mouchage

  • soit par les voies digestives via la déglutition et seront éliminées par les selles ou les urines après métabolisation au niveau du foie

Un autre élément essentiel dans la défense de nos poumons : le macrophage alvéolaire3. Ce sont des cellules capables « de prendre en charge » les polluants gazeux et les particules.

Pollution et oxydation

Les effets néfastes de la pollution sont également en partie liés aux propriétés oxydantes de certains polluants comme l’ozone, le dioxyde d’azote ou les molécules adsorbées sur les particules.
Pour se protéger de ces agents oxydants, les cellules de l’épithélium respiratoire possèdent des moyens de défense non enzymatiques (glutathion, vitamines A, C et E) et enzymatiques (enzymes antioxydantes classiques comme la superoxyde dismutase)4,5.
Mais nous ne sommes pas tous égaux concernant notre protection antioxydante. Les personnes âgées par exemple auraient une diminution de leurs capacités antioxydantes locales et d’adaptation de leur système de défense (barrières naturelles et système immunitaire moins performants).

Quels sont les effets de la pollution sur l’organisme ?

Les effets de la pollution sur la santé dépendent de plusieurs facteurs :

  • les facteurs liés à la pollution elle-même : quantité des polluants, nature et combinaison des polluants, exposition aigue ou chronique

  • les facteurs individuels : état de santé, âge, tabagisme6 mais aussi des capacités propres de chacun à se défendre (performance des enzymes de détoxication7 et des systèmes antioxydants4).

Plusieurs études8,9 ont pu évaluer les conséquences à court et long terme d’une exposition à la pollution aérienne :

  • Aggravation des maladies respiratoires comme l’asthme et l’allergie

  • Augmentation du risque de développement de pathologies respiratoires et cardiovasculaires comme la bronchite chronique, l’asthme…

Dans la population générale, il a été constaté une association entre les niveaux de pollution et les symptômes dans la sphère ORL (rhinite, conjonctivite, pharyngite…) et bronchiques (toux, oppression thoracique)10.

Certains groupes sont plus concernés par les effets de la pollution atmosphérique11 : les enfants, les personnes âgées, les sujets souffrant de pathologies chroniques respiratoires (asthme, allergies) ou cardiovasculaires, les femmes enceintes. 

Enfin, certaines personnes, de par leur profession sont plus exposées à certains polluants : conducteurs d’autobus et de camions, agents de la circulation, agents de péages, ouvriers du BTP, fondeurs, agriculteurs, mineurs…


Il est possible d’aider son organisme à se protéger contre les effets de la pollution, par des gestes concrets et par un renfort de son alimentation en antioxydants4.

 

 

Dossier réalisé en collaboration avec Isabelle Guinobert, Chef de projet Recherches (PiLeJe) - Février 2015.

 

 

 

Références :
1. Viala A, Botta A. Toxicologie. Paris : Éd. Tec & Doc Lavoisier, 2005
2. Taytard A. Environnement - Systèmes de défense de l’appareil respiratoire. FGLMR 2013. Internet : http://www.respir.com/doc/abonne/base/EnvironnementDefenses.asp
3. Saint-Georges F, Abbas I, Garçon G et al. Étude de l’activation métabolique des composés organiques volatils et des hydrocar¬bures aromatiques polycycliques d’un aérosol anthropogénique par des macrophages alvéolaires humains en culture primaire. Pollution atmosphérique 2009 ;103-12.
4. Romieu I, Castro-Giner F, Kunzli N, Sunyer J. Air pollution, oxida¬tive stress and dietary supplementation : a review. Eur Respir J 2008 ;31:179-96.
5. Cho HY, Kleeberger SR. Nrf2 protects against airway disorders. Toxicol Appl Pharmacol 2010 ;244:43-56.
6. ADEME. Guide Pratique : Un air sain chez soi. Agence de l’Environ¬nement et de la Matrise de l’Energie 2014.1-21. Internet : http://ecocitoyens.ademe.fr/node/1796
7. Baeza A, Marano F. [Pollution atmosphérique et maladies respiratoires : un rôle central pour le stress oxydant]. Med Sci (Paris) 2007 ;23:497-501.
8. Borie, A. L. Pollution atmosphérique et santé : les sujets à risque en Limousin, etats des lieux des attentes locales pour une information plus ciblée. 1-204. Thèse 20-9-2006. Faculté de Pharmacie - Université de Limoges.
9. INVS. Pollution de l’air et santé - Aide-mémoire : les effets sur la santé de l’exposition à la pollution atmosphérique - Généralités. Institut National de Veille Sanitaire 2009. Internet : http://www.invs.sante.fr/surveillance/psas9/
10. Charpin, D. Poumon et environnement. La Revue du praticien.Médecine générale 27(895), 118-119. 2013. 
11.Airparif. Evaluation des risques de la pollution urbaine sur la santé en Ile-de-France. Airparif 2010. Internet : http://www.airparif.asso.fr/pollution/effets-de-la-pollution-sante

 

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook