L’excès de cholestérol : un facteur de risque cardiovasculaire ?


 

Comme nous l’avons précisé dans le précédent article, le cholestérol est indispensable à la vie. Il n’est donc ni à diaboliser, ni à éliminer de son alimentation.
 
C’est lorsque le LDL cholestérol est en excès et qu’il s’oxyde qu’il peut représenter un facteur de risque cardiovasculaire. Pourquoi ? Tout se joue au niveau de nos artères.
 
Le LDL s’infiltre dans la paroi de l’artère et peut s’oxyder. Une cellule, appelée macrophage, est chargée de l’éliminer.
 
Cette cellule, pleine de LDL oxydée (cellule "spumeuse") va petit à petit se déposer dans la paroi pour former une strie graisseuse, en générant des phénomènes inflammatoires.
 
Cette strie finira par se fibroser et devenir une plaque d’athérome.
 
Chez certaines personnes, la plaque, devenue friable, peut se rompre.
Pour colmater les brèches, le vaisseau lance des processus de coagulation. Si cette coagulation se passe mal, un bouchon se crée, l’artère se bouche et l’accident survient.
 
Faire baisser le taux de LDL oxydée, agir sur l’oxydation et l’inflammation, font partie intégrante de la prévention cardiovasculaire. De nombreuses études épidémiologiques et méta-analyses ont montré les effets bénéfiques d’une baisse du LDL-cholestérol pour diminuer la survenue d’événements cardiaques. 
En effet, une méta-analyse de 20051 a établi une relation linéaire entre la réduction du taux de LDL-Cholestérol et la réduction de l’incidence d’évènements cardiovasculaires (infarctus du myocarde, mortalité coronarienne, et accidents vasculaires cérébraux). Cette réduction concerne les interventions primaires et secondaires. Elle est valable quel que soit le niveau de cholestérol de départ.
 
Mais cette prévention ne peut pas se limiter à la seule baisse du LDL cholestérol. En effet, d’autres facteurs de risque sont à prendre en compte.

Quels sont les autres facteurs de risque cardiovasculaire reconnus2 ?

 
Selon l’OMS, les principaux facteurs de risque cardiovasculaire sont les suivants : mauvaise alimentation, manque d’activité physique, tabagisme et usage nocif de l’alcool. Ces facteurs de risque comportementaux sont responsables d’environ 80% des maladies coronariennes et cérébraux vasculaires. 
L’hypertension, l’hyperglycémie, l’élévation du taux de lipides ainsi que le surpoids, l’obésité font également partie des facteurs de risques cardiovasculaires, que l’on peut modifier en adoptant des mesures hygiéno-diététique adaptées.
 

Dossier réalisé en collaboration avec Amandine Brochot, Chef de Projets Recherche – Mai 2014

1 Baigent, C. ; Keech, A. ; Kearney, P. M. ; Blackwell, L. ; Buck, G. ; Pollicino, C. ; Kirby, A. ; Sourjina, T. ; Peto, R. ; Collins, R. ; Simes, R. Efficacy and safety of cholesterol-lowering treatment : prospective meta-analysis of data from 90,056 participants in 14 randomised trials of statins. Lancet 2005, 366 (9493), 1267- 1278.
2 Organisation Mondiale de la Santé – maladies cardiovasculaires : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs317/fr/

 

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook