La peau, un organe complexe


 

La peau est notre interface avec le monde extérieur. A ce titre, elle transmet à l’organisme les informations liées à l’univers environnant.

Sur le plan structural, la peau est constituée de trois couches superposées, de la surface vers la profondeur du corps : l’épiderme, le derme et l’hypoderme ou tissu sous-cutané.

A chacune de ces « strates » correspondent des fonctions particulières.

L’épiderme est constitué de 5 à 10 couches de cellules (les kératinocytes) en fortes interactions les unes avec les autres, via des structures spécialisées, les desmosomes. Cette structure lui confère une rigidité et une certaine élasticité. De plus, les cellules les plus différenciées sur la couche externe de l’épiderme (les cornéocytes) s’entourent d’un revêtement lipidique particulier et permettent d’établir une barrière vis-à-vis des agressions de l’environnement et de limiter la perte d’eau. Ce « ciment lipidique » est important car il est un des facteurs majeurs impliqués dans la perméabilité du tissu cutané et par conséquent dans sa souplesse1,2.

Le derme est la partie la plus épaisse de la peau. C’est là que se situent les vaisseaux sanguins qui nourrissent la peau et les annexes cutanées (follicule pilaire, glandes sébacées et sudoripares). Le derme est formé de cellules, essentiellement des fibroblastes et d’une matrice extracellulaire constituée de fibres de collagène, de fibres élastiques (élastine) et de substance interstitielle. La nature et la quantité des composants de cette matrice confèrent au derme ses propriétés de tissu conjonctif et sont à l’origine des modifications physiopathologiques les plus visibles sur la peau1,2.

Le derme contient 60 à 70% d’eau. 

 

L’hypoderme, zone sous-cutanée, est un tissu graisseux constitué d’adipocytes (cellules graisseuses). C’est un matelas protecteur, isolant thermique et réservoir énergétique1,2.

A quoi sert la peau ?

La peau est considérée comme un organe car elle remplit différentes fonctions vitales :

 

  • de protection du milieu interne face à l’environnement extérieur (rayons solaires notamment). Elle permet également de lutter contre la déshydratation,
  • de cicatrisation : la peau a une surprenante capacité d’auto-régénération,
  • de perception et de sensibilité, grâce aux nombreuses terminaisons nerveuses qu’elle comporte,
  • de régulation thermique, par la transpiration,
  • de synthèse de vitamine D sous l’action des rayons solaires.

 

La peau joue également un rôle social1. C’est par elle que passe certaines de nos émotions (la fameuse « chair de poule » par exemple). Elle fait partie des caractéristiques physiques de chacun. 

Le saviez-vous ?

La peau représente 10 % de la masse du corps humain. C’est l’un des plus grands organes du corps et, chez un adulte dont la croissance est terminée, elle recouvre une surface proche de 2 m2.

Dossier réalisé en collaboration avec Isabelle Guinobert, Chef de Projets Recherche – Juin 2014

1 Melissopoulos A, Levacher C. La peau. Structure et Physiologie. 2001.
2 Agache P. Physiologie de la peau et explorations fonctionnelles cutanées. Paris : EMI, 2000.
3 http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/peau/

 

 

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook