La santé dans nos assiettes


Les interactions entre nutrition, infection et santé sont largement reconnues. Des données épidémiologiques et cliniques suggèrent que des déficits nutritionnels altèrent l’immunocompétence et augmentent le risque d’infection.

Chez les individus dénutris, on note une plus grande susceptibilité aux infections. Ceci peut s’expliquer par un apport protéique insuffisant. Or, les protéines sont importantes pour la production des cellules immunitaires et leur pouvoir de destruction des pathogènes.
De manière paradoxale, la suralimentation et l’obésité conduisent également à une altération de la réponse immunitaire.

Des déficits même modérés en micronutriments prédisposent également au développement d’infections1. Parmi ceux-ci, on retrouve les vitamines A, D, E, C, B6, B9, B12, et pour les minéraux le fer, le cuivre, le zinc, le sélénium. Ces micronutriments sont impliqués dans différents aspects de la réponse immunitaire. Un déficit en vitamine A et zinc peut conduire à une moins bonne intégrité des barrières. Un déficit en fer ou en vitamines B diminue la capacité de prolifération des lymphocytes. Un déficit en vitamines C et D ou zinc diminue l’activité destructrice de certaines cellules immunitaires.

Avec les années, l’efficacité du système immunitaire diminue

Chez la personne âgée on assiste à un dysfonctionnement de la fonction immunitaire, que l’on appelle l’immunosenescence. Elle est caractérisée par un affaiblissement des fonctions immunitaires ne permettant plus une élimination rapide et efficace du pathogène suite à une infection2 ;3.

Ces diminutions des fonctions immunitaires et des barrières physiologiques (modification de la peau, des muqueuses et du microbiote intestinal) rendent souvent la personne âgée plus sensible aux infections, notamment aux infections bactériennes (comme dans les infections pulmonaires et urinaires) et hivernales comme la grippe.

La modification des habitudes alimentaires de la personne âgée peut parfois aboutir à une malnutrition associée à des carences en vitamines et minéraux qui ne font qu’affaiblir la réponse du système immunitaire. Des déficits en vitamines A, B, C, E et en vitamine D (importante aussi pour la solidité des os), ainsi qu’en zinc, sélénium et cuivre sont souvent retrouvés chez la personne âgée alors que chacun de ses éléments est important pour chacune des étapes de la réponse immunitaire4 ;5.

Dossier réalisé en collaboration avec Amandine Brochot et Isabelle Guinobert, Chargées de Recherche (PiLeJe)- Octobre 2013



1.Wintergerst ES et al. Contribution of selected vitamins and trace elements to immune function. Ann Nutr Metab 2007 ;51:301-23.
2.Panda, A., Arjona, A., Sapey, E., Bai, F., Fikrig, E., Montgomery, R. R., Lord, J. M. & Shaw, A. C. (2009) Human innate immunosenescence : causes and consequences for immunity in old age. Trends Immunol. 30 : 325-333.
3. Linton, P. J. & Dorshkind, K. (2004) Age-related changes in lymphocyte development and function. Nat Immunol. 5 : 133-139.
4.Girodon, F., Galan, P., Monget, A. L., Boutron-Ruault, M. C., Brunet-Lecomte, P., Preziosi, P., Arnaud, J., Manuguerra, J. C. & Herchberg, S. (1999) Impact of trace elements and vitamin supplementation on immunity and infections in institutionalized elderly patients : a randomized controlled trial. MIN. VIT. AOX. geriatric network. Arch Intern Med 159 : 748-754.
5.Lesourd, B. M. (1997) Nutrition and immunity in the elderly : modification of immune responses with nutritional treatments. Am J Clin Nutr 66 : 478S-484S.
  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook