Interview de Denis Riché

"Ces aliments qui vous veulent du bien" : le nouveau livre de Denis Riché* qui décortique 33 aliments utiles à votre santé. 

Après avoir écrit plusieurs livres sur la nutrition et sur l’accompagnement des sportifs, vous proposez aujourd’hui un livre sur « les aliments qui vous veulent du bien, » quel a été le point de départ de ce nouvel ouvrage ?

Denis RICHE : Lors de mes consultations, je me suis rendu compte que beaucoup de personnes me posaient des questions sur leurs achats alimentaires du quotidien, en m’interrogeant sur ce qui était bon ou pas pour leur santé. En même temps, avec l’évolution qui se dessine sur les maladies chroniques, on s’aperçoit qu’un aliment peut avoir autant de vertus que d’impact défavorable selon son mode de production, de cuisson… Il n’est plus possible aujourd’hui de considérer uniquement la valeur nutritionnelle de l’aliment. C’est pour cela que j’ai eu envie d’écrire un livre qui considère l’aliment dans toute sa complexité, en interaction avec son environnement et qui prennent en compte les micronutriments au-delà du traditionnel trio protéines-lipides-glucides.

Justement, quelle est votre vision de la valeur nutritionnelle des aliments ?

Denis RICHE : Auparavant on considérait que la manière de manger qui garantissait un bon état de santé était liée à la proportion de sucres, de protéines ou de graisses. En fait, on s’est aperçu que les bénéfices santé de l’alimentation ne tournaient pas uniquement autour de ces questions-là. J’ai démarré mon livre par l’avocat. Souvent les gens refusent d’en manger parce que c’est trop gras alors qu’il a une vraie densité micronutritionnelle, comme sa richesse en vitamine E, en éléments minéraux ou en glutathion. A chaque fois, j’ai essayé de repérer les molécules, les micronutriments qui faisaient qu’un aliment était bénéfique pour la santé au-delà du regard nutritionnel classique. Et de mettre en avant que l’origine et la préparation de l’aliment comptaient autant que sa composition.

Comment avez-vous sélectionné les 33 aliments qui figurent dans votre livre ?

Denis RICHE : Cela a fait l’objet d’un long travail de bibliographie. J’ai effectué une revue de synthèse sur les aliments qui pouvaient être intéressants. Cette première sélection s’est faite sur 3 critères :

  1. Les aliments qui ont un effet reconnu sur la santé avec suffisamment de données scientifiques permettant de démontrer leur intérêt

  2. Les problématiques de préservation des ressources (je pense aux poissons par exemple) et des écosystèmes

  3. La question de l’utilisation des pesticides et de la présence de polluants

Une quarantaine d’aliments se sont alors détachés. Au fil du temps et de ma recherche bibliographique, j’ai affiné cette première sélection. Certains aliments ne bénéficiaient pas de données suffisamment « denses » pour pouvoir constituer un chapitre entier. D’autres n’étaient pas spécifiquement intéressants pour notre santé mais étaient très révélateurs des débats qui se jouent aujourd’hui. Il s’agit du pain et des laitages. Ces deux aliments jouissent de réputations contradictoires. Par exemple, le lait qui tantôt est « votre ami pour la vie » et tantôt désigné comme « la pire des vacheries » ! Sur le pain, cela m’a permis de revenir sur la question des intolérances. J’avais cette volonté d’intéresser et d’instruire et surtout de nuancer les propos.

Que pensez-vous de l’alimentation biologique ? Faut-il que les aliments soient bios pour qu’ils nous fassent « du bien » ?

Denis RICHE : Le bio a été initialement développé pour préserver les sols et l’environnement, pas la santé.
Le problème des déséquilibres alimentaires n’est pas qu’une question de mode de culture. Par exemple, il vaut mieux manger des œufs de poule nourries au lin qui vont nous apporter des oméga 3 plutôt que des œufs de poule nourries au grain et « bio » !
Le vrai problème pour moi, c’est la place que nous voulons accorder à notre alimentation. Aujourd’hui, j’ai l’impression que les budgets autour de la technologie, les téléphones, les tablettes… sont prioritaires car considérés comme indispensables alors que pour moi, le premier budget d’une famille, ce devrait être l’alimentation.
Au-delà de l’agriculture biologique, l’important c’est de s’intéresser à la provenance de ses aliments, de privilégier les circuits courts, les producteurs de région, les fruits et légumes de saison.

Comment s’y retrouver dans la multiplicité des messages nutritionnels ?

Denis RICHE : On est convaincu en Micronutrition que les messages doivent s’appuyer,comme je viens de le préciser, sur les circuits courts, sur la traçabilité mais aussi sur la diversité alimentaire avec au moins 40 à 50 aliments différents chaque mois pour avoir une bonne densité nutritionnelle. On ne peut pas aller beaucoup plus loin dans les conseils généraux sans tomber dans des messages qui n’ont pas de sens. Quand on dit « trop gras, trop sucré, trop salé »… trop gras par rapport à quoi ? Quelles graisses ? Les acides gras ont un intérêt pour la santé. Trop salé ? Les gens ne savent pas forcément que beaucoup du sel ingéré est déjà présent dans les aliments qu’ils achètent ! Le message le plus important, c’est que chaque citoyen devienne acteur, identifie les producteurs, les réseaux de proximité… 

Quels seraient vos 3 conseils clés pour favoriser au quotidien une alimentation de qualité ?

Denis RICHE :

  1. Aller au marché

  2. Trouver un bon boucher

  3. Trouver un bon boulanger

Et ce n’est pas forcément si simple ! Ce qu’il faut avant tout, c’est manger mieux et en mangeant mieux, on mangera moins et on aura un impact sur la préservation des ressources végétales et animales. Il n’y a pas de solution miracle. C’est à chacun individuellement de prendre son sort entre ses mains et de beaucoup plus s’impliquer dans ses choix alimentaires. Ces choix dépassent la seule alimentation. C’est une réflexion philosophique, éthique plus globale sur la protection de notre environnement, de notre santé et des générations futures.

 

*Sportif de haut niveau et co-responsable du DU "Nutrition, micronutrition, exercice et santé", Denis Riché est actuellement considéré comme un spécialiste de la micronutrition et en particulier de ses applications dans le champ de la performance sportive.
Il est le fondateur de la revue Sport et vie et l’auteur de l’ouvrage Guide nutritionnel des sports d’endurance.

 

 

Interview mise en ligne le 20 novembre 2014. 


  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook