Mieux comprendre les polluants atmosphériques


Bien-sûr nous avons tous entendu parler des particules fines, particulièrement lors des pics de pollution. Récemment, c’est une étude inédite, réalisée par la ville de Paris en partenariat avec le CNRS qui a révélé l’ampleur de la pollution aux particules fines à Paris et démontré que la pollution pouvait être aussi nocive que le tabagisme passif (Source CNRS-INSU).

 
Mais comment et de quoi se constituent ces particules ? Qu’en est-il de la pollution de notre air intérieur ?

 

Les polluants de l’air extérieur

  • Les particules en suspension, ou matières particulières (parfois appelées PM pour les intimes, pour « particulate matter ») proviennent en majorité1 : 
  • de la combustion à des fins énergétiques de différents matériaux (bois, charbon, pétrole)
  • du transport routier (résidus de la combustion de l’essence et de l’huile de moteur, usure des pièces mécaniques par frottement des pneumatiques…)
  • et d’activités industrielles très diverses : sidérurgie, incinération…Elles contribuent à la formation des nuages et de brouillard, à la réduction de la visibilité2. Ces particules sont invisibles à l’œil nu et sont classées en fonction de leur diamètre3

 

Plus les particules sont fines, plus elles restent longtemps en suspension dans l’air et plus leur temps de séjour dans les poumons est long4.
 
Ces particules sont irritantes et peuvent altérer la fonction respiratoire dans son ensemble5.

 

Les polluants de l’air intérieur

 

Dans les zones tempérées, nous passons près de 90% de notre temps à l’intérieur6 (jusqu’à 16 heures par jour pour les Français selon l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur).
Or, même si cela peut sembler paradoxal, l’air intérieur est largement plus pollué que l’air extérieur7


Parmi les sources de polluants les plus couramment retrouvés à l’intérieur8, on citera : les animaux domestiques, le chauffage, les bactéries, les moisissures ou les acariens, les particules et les fibres, les polluants chimiques comme les pesticides ou le monoxyde de carbone…

 

Le saviez-vous ?

Chaque jour, nous respirons en moyenne 15m3 d’air soit près de 20 kg.
 

 

 

Dossier réalisé avec Isabelle Guinobert, Chef de projet Recherches (PiLeJe) - Février 2015. 

 

 

Références :
1. ADES du Rhône. Livret ressources - Air et santé. ADES du Rhône, Direction de la planification et des politiques d’agglomération du Grand Lyon 2014.1-72. Internet : http://www.grandlyon.com/Edu¬cation-au-developpement-durable.4532.0.html
2. ANSES. FAQ - Pollution atmosphérique urbaine - Quels sont les dif¬férents types de polluant atmosphérique ? ANSES 2014. Internet : http://www.afssa.fr/ET/PPND83D.htm ?pageid=699&parentid=265&ongletlstid=307#content
3. Bonay M, Aubier M. [Air pollution and allergic airway diseases]. Med Sci (Paris) 2007 ;23:187-92.
4. Quénel P, Dab W, Festy B, Viau C, Zmirou D. Qualité de l’air ambiant. In : Gérin M, ed. Environnement et santé publique : fon¬dements et pratiques. Tec&Doc 2003:292-315
5. Airparif. Les polluants en question - L’air que nous respirons. Airpa¬rif 2005.
6 Airparif. Les différents polluants et leur évolution. Airparif 2010. Internet : http://www.airparif.asso.fr/pollution/differents-pol¬luants
7 Charpin, D. Poumon et environnement. La Revue du praticien.Médecine générale 27(895), 118-119. 2013. 
8 Billionnet, C. Pollution de l’air intérieur et santé respiratoire : prise en compte de la multi-pollution. 1-178. Thèse 28-6-2012. Université Pierre et Marie Curie PARIS

 

 

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook