Quels rôles peuvent jouer les nutriments et les plantes ?


Plusieurs études récentes ont mis en évidence l’intérêt de certains nutriments et plantes dans l’accompagnement des allergies respiratoires ou cutanées.

Les nutriments

Les souches microbiotiques

Un lien très fort entre le déséquilibre de la flore intestinale chez le jeune enfant et le risque de développer une réaction allergique a récemment été mis en évidence1. Il est donc licite de proposer la consommation de souches microbiotiques pour diminuer le risque allergique. Dans une étude épidémiologique réalisée chez 1 223 enfants issus de familles allergiques, Sandini et al. ont mis en évidence que la consommation de souches microbiotiques entre 0 et 5 ans permet de réduire de 54% le risque de rhinite allergique à 5 ans2. Dans une méta-analyse publiée en 2010 et regroupant 7 études cliniques réalisées chez des patients avec une rhinite allergique, les auteurs ont observé une amélioration de la qualité de vie et une diminution du nombre de rhinites à l’année dans le groupe souches microbiotiques comparativement au groupe placebo3. L’utilisation de certaines souches microbiotiques peut également s’accompagner d’une diminution de la fréquence et de l’intensité des troubles.

Les acides gras

Plusieurs études récentes suggèrent l’intérêt d’un apport suffisant en acides gras polyinsaturés, de type oméga-3 (huiles de poissons, huile végétale de colza, noix, poissons gras…), pendant la grossesse afin de prévenir la maladie, au moins chez l’enfant à risque4.

 

Les allergies étant liées à une réaction excessive de notre système immunitaire, il peut également être intéressant d’apporter à notre organisme des composés jouant un rôle sur la protection immunitaire comme le fer (cacao, haricots blancs, lentilles…) ou la vitamine C (cassis, persil, poivron rouge, agrumes…), à vérifier en fonction des allergies alimentaires individuelles.

Les plantes

Le cassis

Le cassis, utilisé à des fins festives par le Chanoine Kir, exerce ses effets grâce à la présence d’oligomères proanthocyanidiques présents dans ses feuilles5. Le cassis possède in vivo une activité anti-inflammatoire potentiellement intéressante dans les allergies5.

Le plantain

Le nom du plantain provient de planta qui signifie « la plante du pied » et de ago « je pousse », autrement dit « qui pousse sous la plante des pieds ». Grâce à leurs connaissances empiriques, les Anciens utilisaient déjà le plantain pour soulager les désagréments des piqûres d’ortie. Les connaissances scientifiques actuelles ont permis de prouver son activité antihistaminique6 in vitro.

Le romarin

L’acide rosmarinique est présent dans les espèces de la famille des Lamiacea (romarin, sauge, sarriette ou encore mélisse), ainsi que dans certaines plantes de la famille des Boraginaceae et des Apiaceae. Son rôle biologique dans les plantes est un rôle de défense contre les pathogènes et les herbivores.


Dans une étude clinique réalisée en double aveugle contre placebo chez des patients présentant une rhinite allergique, la consommation d’acide rosmarinique (50 mg ou 200 mg) pendant 21 jours a notamment permis d’améliorer l’ensemble des symptômes7. Une diminution significative des démangeaisons des yeux et du nez ainsi que du larmoiement des yeux a également été observée.


Dans une seconde étude clinique réalisée cette fois-ci avec des extraits de Perilla contenant différentes quantités d’acide rosmarinique, des effets bénéfiques ont été obtenus sur l’ensemble des symptômes après 21 jours de consommation8 .

 

Au niveau des allergies cutanées plus spécifiquement, on pourra également penser à la fumeterre.

La fumeterre

Cette plante herbacée d’une cinquantaine de centimètres pousse dans les champs et les vignes d’Europe et d’Afrique du Nord. Son action sur les troubles cutanés serait due à l’acide fumarique9 un des composés contenus dans les parties aériennes de la fumeterre.


Dossier réalisé en collaboration avec Sophie Holowacz, Chef de projet Recherches (PiLeJe) - Avril 2015

 

 

 
1.Kalliomaki, M., Antoine, J. M., Herz, U., Rijkers, G. T., Wells, J. M. & Mercenier, A. (2010) Guidance for substantiating the evidence for beneficial effects of probiotics : prevention and management of allergic diseases by probiotics. J Nutr 140 : 713S-721S.

3.Das, R. R., Singh, M. & Shafiq, N. (2010) Probiotics in treatment of allergic rhinitis. World. Allergy Organ. J 3 : 239-244.
4.ANSES. Actualisation des apports nutritionnels conseillés pour les acides gras. 2011.
Ref Type : Report

5Garbacki N. and al. Inhibitory effects of proanthocyanidins from Ribes nigrum leaves on carrageenin acute infl amatory reactions induced in rats. BMC Pharmacol. 2004 ; 4 (1) : 25.
6 Ikawati Z. and al. Screening of several Indonesian medicinal plants for their inhibitory effect on histamine
release from RBL-2H3 cells. J Ethnopharmacol. 2001 ; 75 : 249-256.
C. Beara IN and al. Liquid chromatography/tandem mass spectrometry study of anti-inflammatory activity of plantain (Plantago L.) species. J Pharm Biomed Anal. 2010 ; 52(5):701-6.
7 Osakabe, N., Takano, H., Sanbongi, C., Yasuda, A., Yanagisawa, R., Inoue, K. & Yoshikawa, T. (2004) Anti-inflammatory and anti-allergic effect of rosmarinic acid (RA) ; inhibition of seasonal allergic rhinoconjunctivitis (SAR) and its mechanism. Biofactors 21 : 127-131.
8Takano, H., Osakabe, N., Sanbongi, C., Yanagisawa, R., Inoue, K., Yasuda, A., Natsume, M., Baba, S., Ichiishi, E. & Yoshikawa, T. (2004) Extract of Perilla frutescens enriched for rosmarinic acid, a polyphenolic phytochemical, inhibits seasonal allergic rhinoconjunctivitis in humans. Exp Biol Med (Maywood. ) 229 : 247-254.
9 Sladden MJ et al. Fumaric acid esters for severe psoriasis : the Leicestershire experience. Br J Der¬matol. 2006 ; 155 (4) : 843-4.

  RAPPEL GRATUIT
Une question ? Besoin d'aide ? APPEL GRATUIT
  DOCUMENTATION
Demander une brochure
  ABONNEMENT
Pour recevoir la newsletter


Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé - www.mangerbouger.fr
Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr
Suivez-nous sur : Rejoignez-nous sur facebook